Un coach de qualité est-il forcément polyvalent ?

Un coach de qualité est-il forcément polyvalent ?

Quel coach n’a pas entendu au cours d’un entretien d’embauche ou de sélection pour accéder à une école de formation : «Vous savez, nous cherchons principalement des (futurs) coachs polyvalents.» ou bien encore : «La polyvalence est essentielle dans ce secteur, si vous ne savez pas un peu tout faire, comment voulez-vous travailler avec nous ?» Mais de quoi parle-t-on exactement ? D’être capable de passer du plateau à l’accueil du club indifféremment, et donc de l’apprentissage du squat à une visite des installations avec souplesse ? Ou bien, d’être capable de travailler sur de l’entraînement individuel et collectif avec à la clé la maîtrise de tous les concepts possibles et imaginables ? Ou enfin, à la manière d’un coach de CrossFit, s’agirait-il de pouvoir enseigner avec une qualité égale : des sauts, des courses, la callisthénie et la mobilisation de charges libres, entre autres… ?

Cet article est réservé aux abonnés.