Feed. lève 15 millions d’euros!

Feed. lève 15 millions d’euros!

La jeune foodtech lève 15 millions d’euros avec Alven et Otium Brands pour démocratiser ses repas complets à l’international.

Feed., la promesse de bien manger et de rester libre.

La foodtech Feed. élabore des repas complets dans des formats adaptés aux personnes actives. Les produits Feed. se présentent sous forme de barres, boissons ou shakers et respectent un cahier des charges exigeant. Tous les produits Feed. sont vegan, sans lactose, sans gluten, sans OGM, fabriqués en France et proposent une alternative saine et équilibrée à un repas classique. L’objectif de Feed. n’est pas de se substituer intégralement à la nutrition traditionnelle, mais plutôt d’offrir une alternative idéale, à celles et ceux qui n’ont pas le temps ou la possibilité de bien manger.

Feed. innove quotidiennement pour développer son portefeuille produits déjà composé de 50 références. Feed. s’est associé au chef doublement étoilé Thierry Marx, pour créer une gamme certifiée 100% BIO composée de 4 nouvelles recettes : fraises/basilic, tomates/olives, cranberries/chocolat et figues/amandes.

1 Feed. = 1 repas complet. Le format est pratique (en barre ou en boisson) et les recettes conçues par une équipe de chefs et de nutritionnistes, toutes fabriquées en France. Les recettes sont VEGAN, sans lactose, sans gluten, sans OGM, sans fruit à coque. Feed. se positionne alors comme le partenaire idéal des jeunes actifs du 21ème siècle qui recherchent de la qualité, de la transparence, sans contrainte au quotidien. Bien manger est possible, même pour les petits budgets : les smartfood sont proposées à

partir de 2,4€.

Pour en savoir plus : www.feedsmartfood.com

Un article rédigé par :
Pierre-Jacques Datcharry

Originaire du Pays-Basque, il découvre le marché du fitness alors que rien ne lui prédisait un tel parcours. Sportif, il tombe dans l’addiction de la musculation pendant ses études en communication. À la recherche d’un stage de 3 mois, il trouve sympa de combiner ses études supérieures et sa pratique sportive du moment, ce qui l’amène à accepter une offre de stage chez Groupe 76, société organisatrice du « salon du Fitness » de l’époque. Il n’en sortira plus… D’un avenir de 3 mois dans le monde du Fitness, il y évolue encore 20 ans plus tard.